Jean-Pierre Andrevon

Jean-Pierre Andrevon se devait d'être parmi nos tout premiers invités aux Aventuriales. Ami de longue date de notre Président, par ailleurs Président d'Honneur de notre association qui lui a emprunté le nom d'une de ses œuvres, il est surtout l'une des figures majeures de la Science-Fiction française. Jugez en plutôt.


 

Né à Jallieu, dans l’Isère (comme son illustre confrère Frédéric Dard) un 19 septembre. Enfance à la campagne, sous le signe de la guerre et de l’occupation. Etudes secondaires avortées au lycée Champollion à Grenoble. Puis travail : employé aux Ponts et Chaussés de 16 à 20 ans. Une période de latence, où Andrevon fait ses premières armes: quelques nouvelles de science-fiction inspirées par ses premières lectures - LA GUERRE DES MONDES de Wells, les volumes des deux premières collections consacrées au genre apparues en France dans les années 50 : Anticipation au Fleuve Noir, et Le Rayon Fantastique. Du dessin, et aussi des chansons, composées à la guitare dans la lignée de Brassens, Leclerc, Golmann.

 

Entre aux Arts Décoratifs de Grenoble en 1957. En sort nanti d’un Certificat d’Aptitude à l’Enseignement (CAFAS). Enseigne un an (au lycée Champollion !), puis c’est le service militaire en Algérie, où la guerre se termine (1963 - 64). Retour au pays, enseigne à nouveau jusqu’en 1969, date à laquelle une “compression des postes artistiques” l’oblige à devenir écrivain à temps plein.

 

Depuis la sortie des Arts Déco, et parallèlement à l’enseignement, Andrevon a poursuivi et développé de nombreuses activités... Journaliste (vite spécialisée dans la critique cinématographique) dans le quotidien régional LE PROGRÈS ; peinture; auteur-compositeur-interprète (finaliste en 1968 de la Fine Fleur de la chanson); cinéaste, avec la réalisation de deux courts-métrages, en 1971 (Nul n'y survivra) et 1977 (Ce jour-là). Scénariste de b-d, avec plusieurs albums publiés dans les années 80 et co-réalisés avec Pichard (éd. du Square) ou Véronik (Glénat).

 

Mais c’est naturellement l’écriture qui mobilise l’essentiel de ses efforts créatifs. Après des parutions dans divers fanzines, sa première nouvelle professionnelle est publiée dans le magazine FICTION en mai 1968 - signe du destin pour un écrivain qui s’est toujours voulu engagé. Le premier roman, LES HOMMES-MACHINES CONTRE GANDAHAR, chez Denoël, suit à un an d’écart. En 1988, soit près de vingt ans plus tard, ce roman est adapté à l’écran, sous la forme d’un dessin animé de long métrage, réalisé par René Laloux sur des dessins de Caza. Dés lors, Andrevon publie chaque année trois ou quatre ouvrages en moyenne (romans, recueils de nouvelles, travaux en commun), au départ essentiellement chez Denoël et au Fleuve Noir puis, chez de très nombreux autres éditeurs : J’ai Lu, Livre de Poche, Flammarion, Magnard, Nathan, Gallimard, Baleine, Le Masque. Il faut dire que l’auteur a élargi sa production, passant de la s-f au fantastique, à l’horreur, au livre pour la jeunesse, au policier...


 

Son activité dans la presse se poursuit et culmine dans les années 70 : articles et dessins dans CHARLIE HEBDO, CHARLIE MENSUEL, COMBAT NON-VIOLENT, critiques dans des revues b-d (CIRCUS, A SUIVRE), ou de cinéma, comme POSITIF ou L’ÉCRAN FANTASTIQUE - revue dont il a participé à la création (par Alain Schlockoff) dès 1969, et où il collabore aujourd’hui encore. Depuis novembre 2000, il assure également la critique cinéma pour l'hebdomadaire régional LES AFFICHES DE GRENOBLE ET DU DAUPHINÉ. Andrevon a également œuvré depuis son premier numéro (1971) à la rédaction de LA GUEULE OUVERTE, première revue française consacrée à l’écologie militante. Et, naturellement, il est toujours présent dans FICTION, jusqu’à la mort de la revue en 1989.

 

Quelques repères : Prix de la science-fiction pour la jeunesse en 1982 pour LA FÉE ET LE GÉOMETRE (Casterman). Grand Prix de la Science-fiction française en 1990 pour SUKRAN (Denoël), Prix du Roman d'Aventures pour L' ŒIL DERRIERE L'ÉPAULE (Le Masque, 2001), Prix Julia Verlanger pour LE MONDE ENFIN (2006). En 1983, un “ Livre d’Or” réunissant ses meilleurs textes est publié chez Presses Pocket. Dans la deuxième moitié des années 80, il participe à la création de deux collections de science-fiction, comme co-directeur à la Découverte, comme lecteur et illustrateur aux éditions de l’Aurore. Entre 1983 et 1989, Andrevon s'intègre aux activités du Centre de Création Littéraire de Grenoble, maison d’édition associative, où il publie nouvelles, poèmes, posters, cartes postales. Cette période marque son retour à la peinture, abandonnée depuis 1975. Deux prestations picturales : la réalisation d’une peinture murale, “ le mur des galaxies”, à la Maison d’Ailleurs, musée international de la science-fiction, sis à Yverdon (Suisse) en 1990, et une exposition à la mairie de Grenoble en 1993. Plusieurs travaux graphiques (ATTENTION SCIENCE-FICTION ou LES CHATS) sont publiés à partir de 1990 par un éditeur de Perpignan: ...car rien n’a d’importance, qui publie également, en 1994, son traité LA NÉCESSITÉ ÉCOLOGIQUE, avec le concours du Ministère de l’Environnement. Dans la lignée travaux graphiques, suivent LES ÉLÉPHANTS (ed. de Belledonne en 1998), puis HOULALA ! QU’EST-CE QUE JE TIENS CE MATIN (Ateliers du Tayrac, 2000) et AU PIED DE LA LETTRE (Langage-Tangage, 2008)


Audiovisuel. Outre GANDAHAR, l'auteur a eu, en 1983, une première œuvre adaptée à la télévision: LOURDE GUEUSE, réalisé par Jean-Luc Miesch pour une série de s-f programmé sur France 3. Dix ans plus tard, en 1994, son roman LE TRAVAIL DU FURET (Folio) est adapté, pour la télévision toujours, par Bruno Gantillon. GANDAHAR toujours: en octobre 2000, le roman est réédité pour la quatrième fois, dans la première livraison de la nouvelle collection "Folio-SF" chez Gallimard. Entre temps, plusieurs suites ont vu le jour : GANDAHAR ET L'OISEAU-MONDE, LES PORTES DE GANDAHAR, CAP SUR GANDAHAR, etc., soit six roman au total. Puis, en 2006, grâce à l’obstination de Fabrice Blin, spécialiste de Laloux, c’est la sortie d’un DVD depuis longtemps attendu. L'année précédente, son premier roman en littérature générale, GUEULE DE RAT, est publié à la Table Ronde. En novembre de la même année, il publie au Presse Universitaires de Grenoble la version définitive de ses mémoires de jeunesse : JE ME SOUVIENS DE GRENOBLE en même temps qu'est publié un autre livre de littérature générale, Toutes ces belles passantes. Puis, grâce à la rencontre d'un jeune dessinateur, Afif K., il renoue avec la bande dessinée avec un travail de longue haleine : l'adaptation, en trois albums, de son roman LE TRAVAIL DU FURET (ed. Soleil ), achevée en 2007. Depuis plus de dix ans, l’auteur s’est attaché à un travail de longue haleine : la rédaction d’un dictionnaire encyclopédique du cinéma fantastique et de s-f depuis ses origines.


En janvier 2006, il publie ce qu’il considère comme son œuvre maîtresse (sonnez trompettes) : Le Monde enfin, commencé il y a 30 ans. Mais également un ouvrage pour la jeunesse retraçant la chute du maquis du Vercors en Juillet-août 1944 : Vercors, la forteresse sacrifiée, une histoire qui le hantait depuis longtemps. En 2007, il renoue avec la chanson grâce à sa rencontre avec le musico Bruno Pochesci. Un premier CD de 15 titres, Je viens d’un pays, sort en octobre 2007, accompagné d’un recueil de textes : Cent-et-une-chansons. Deux autres suivront, en 209 et 2012, une quatrième étant en préparation pour mai 2014. En 2008, pour ses 40 ans de carrière, la revue LUNATIQUE publie un numéro qui lui est entièrement consacré. Son roman La Maison qui glissait, publié en 2010, a été réédité en poche fin 2012. Vient de publier, en novembre 2013, DEMAIN LE MONDE, un choix de 22 de ses meilleurs textes, et un dictionnaire encyclopédique du cinéma fantastique et de s-f représentant plus de 10 ans de travail, 100 ans et plus de cinéma fantastique et de science-fiction, tout en donnant des critiques cinéma à l’hebdo LES AFFICHES DE GRENOBLE.

Jean-Pierre Andrevon chez La Clef D'argent


Autres publications



En 1979, Jean-Pierre Andrevon imagine un coin de France, le jour d Après.

« Je m excuse, Monsieur. Je ne peux vraiment rien vous dire. C est le secret militaire. Croyez bien que seules des raisons de sécurité sont en cause. Il ne faut en aucun cas vous affoler. Nous avons la situation bien en main. Tout danger est écarté dans l'immédiat. Maintenant je dois vous demander instamment de monter dans le camion. Nous ne pouvons pas perdre davantage de temps... » On ne sait ni où, ni comment, ni pourquoi, mais c est arrivé. Ces quelques individus épars se sont trouvés dans le brouillard lourd et épais, et se serrent les coudes en attendant d en savoir plus. Plus sur ce qui s est passé. Plus sur la réalité des radiations qui les entourent. Plus sur l avenir du pays. Du monde. Et encore plus sur leur chance de survie. Au bout de leur errance dans la campagne française, certaines réponses ne vont pas tarder à surgir. Paru pour la première fois en 1979, l'année de l accident de la centrale de Three Mile Island, « Les retombées », nouvelle d anticipation inquiétante et sombre, offre un scénario possible de la catastrophe nucléaire et de la gestion d'urgence mise en œuvre par les autorités. L'objectif : effacer toute trace de l accident, faire comme si ce qui n aurait jamais dû se produire n avait jamais eu lieu.

 

Premier jour. Au loin, il y a votre voisin. Vous lui faites un signe avant de poursuivre votre route. Jusqu'au moment où vous réalisez que le voisin en question est décédé depuis des semaines...

Troisième jour. Vous ne décollez plus de la télé, qui enchaîne les émissions spéciales. Partout dans le monde les morts se réveillent. Apathiques, ils errent au royaume des vivants...

Cinquième jour. Paralysé de trouille et de dégoût, vous regardez votre femme serrer dans ses bras, au beau milieu de votre salon,

une chose qui, un jour, fut sa mère...

Huitième jour. Votre femme vous a quitté après que vous avez réduit en cendres l'ignominie qu'elle appelait « maman ». Derrière vos volets cloués, alors que le chien ne cesse de geindre, ils rôdent.

Neuvième jour. La télé diffuse un reportage au cours duquel on voit une de ces choses dévorer un chat vivant... Ils sont désormais des millions et vous ne vous posez qu'une question : mon monde n'est-il pas désormais le leur ?

 

Un immense fracas le réveille. Le tonnerre ? Peut-être… Le jour pointe, la chaleur est déjà étouffante dans l’appartement minuscule occupé par Pierre au 13e étage de sa tour de banlieue. Ensommeillé, il entrouvre le rideau de la fenêtre depuis son lit… et demeure pétrifié par le panorama qui se révèle à lui. Un brouillard poisseux bouche l’horizon, c’est à peine s’il distingue la silhouette de la tour des Tilleuls à quelques dizaines de mètres de là. Le brouillard, avec une telle canicule ?... Ainsi débute le cauchemar pour tous les résidents de cette barre HLM coupée du monde par un mur cotonneux qui semble abriter de terrifiantes créatures, une réclusion forcée qui va contraindre les habitants à s’organiser pour faire face à l’indicible et révéler la vraie nature de chacun. Car après tout, le pire n’est peut-être pas dans la brume… Et d’ailleurs, d’où vient-elle, cette brume ?


À Marseille, Roland Cacciari, militaire démobilisé après l'échec d'une piteuse croisade occidentale au Moyen-Orient, tente de survivre en jouant du guitarion à la terrasse des rapid-food. Il se fait remarquer par Éric Legueldre, richissime industriel proche de l'ultradroite qui lui propose de travailler comme veilleur de nuit au sein de son entreprise spécialisée dans les nouvelles technologies. Roland vient, sans le savoir, de mettre le doigt dans un engrenage qui pourrait bien lui être fatal. Car son employeur a organisé un ignoble trafic d'êtres humains, concernant au premier chef les Maghrébins composant désormais 50% de la population marseillaise.

 

Šukran est une fable de science-fiction qui prend des allures de thriller. Écrit il y a vingt ans, ce magnifique roman, qui a obtenu le Grand Prix de l'Imaginaire, reste d'une brûlante actualité.


Au royaume de Gandahar, sur la planète Tridan jadis colonisée par des êtres humains, une vie sereine et pacifique s'est établie, loin de la technologie et de ses instruments de mort.

Mais voici que les oiseaux-miroirs, qui veillent aux limites de Gandahar, annoncent qu'une armée de robots destructeurs est en marche, menaçant l'existence même du royaume. Ces Hommes-machines invincibles viennent-ils de Tridan, de l'espace, ou bien d'une autre époque ?

La Reine Ambisextra confie à un jeune servant, Sylvin Lanvère, la mission de le découvrir pour tenter de sauver Gandahar de ce péril mortel.


BIBLIOGRAPHIE sélective

 

Les hommes-machines contre Gandahar (roman s-f ) : Denoël, “ Présence du futur”

Aujourd’hui, demain et après (recueil s-f ): Denoël, “ Présence du futur “ n° 124 (

Un froid mortel - (roman fantastique sous le pseudonyme d’Alphonse Brutsche) : Fleuve Noir, “ Angoisse” n° 201

La guerre des Gruulls - (roman s-f sous le pseudonyme d’Alphonse Brutsche) : Fleuve Noir “ Anticipation” n° 452

Cela se produira bientôt (nouvelles s-f) : Denoël, “ Présence du futur” n° 135

Le reflux de la nuit (roman fantastique sous le pseudonyme d’Alphonse Brutsche) : Fleuve Noir “ Angoisse” n° 213

Le temps des grandes chasses (roman s-f) : Denoël, “ Présence du futur “ n° 162.

Le dieu de lumière (roman s-f sous le pseudonyme d’Alphonse Brutsche) : Fleuve Noir “ Anticipation” n° 55O ( épuisé)

Une lumière entre les arbres ( roman fantastique sous le pseudonyme d’Alphonse Brutsche) : Fleuve Noir “ Angoisse” n° 253 1975

Les enfants de Pisauride (roman s-f, sous le pseudonyme d’Alphonse Brutsche): Fleuve Noir “ Les lendemains retrouvés “ n° 10

Retour à la Terre ( anthologie de s-f française): Denoël “ Présence du futur “ n° 189.

Retour à la Terre/2 (anthologie de s-f française): Denoël, “Présence du futur” n° 216.

Le désert du monde (roman s-f) : Denoël “ Présence du futur” n° 235.

Retour à la Terre/3 (anthologie de s-f française): Denoël “ Présence du futur “ n° 242.

Paysages de mort (recueil s-f ): Denoël “ Présence du futur “ n° 253 1979

Dans les décors truqués (recueil s-f ): Denoël “ Présence du futur” n° 269.

Compagnons en terre étrangère/1 (recueil s-f écrit en collaboration avec divers auteurs ) : Denoël “ Présence du futur” n° 284.

Les revenants de l’ombre (roman fantastique) : Jean Goujon

Compagnons en terre étrangère/2 (recueil s-f en collaboration avec d’autres auteurs): Denoël “ Présence du futur “ n° 293.

La fée et le géomètre (roman fantastique pour la jeunesse): Casterman “ L’ami poche “ ( Grand Prix de la s-f française catégorie jeunesse - épuisé).

Neutron ( recueil s-f) : Denoël “ Présence du futur “ n°320.

L’immeuble d’en face (recueil fantastique en collaboration avec Philippe Cousin) : Denoël “ Présence du futur” n° 344.

Il faudra bien se résoudre à mourir seul ( recueil s-): Denoël “ Présence du futur “ n° 363.

Le travail du furet à l’intérieur du poulailler ( roman s-f): J’ai Lu “ Science-fiction” n° 1549 –

Le Livre d’Or de Jean-Pierre Andrevon ( anthologie composée par Patrice Duvic): Presse Pocket n° 5177. ( épuisé ).

.Hôpital Nord (recueil fantastique en collaboration avec Philippe Cousin): Denoël “ Présence du futur “ .

Soupçons sur Hydra (roman s-f): Fleuve Noir “ Anticipation” n° 1304

C’est arrivé mais on n’en a rien su ( recueil s-f ): Denoël “ Présence du futur “ n° 383.

Le premier hybride (roman s-f) : Fleuve Noir “ Anticipation” n° 1362 ( épuisé).

Ne coupez pas ! (recueil s-f ) : La Découverte “ Fictions

Gare centrale (recueil fantastique en collaboration avec Philippe Cousin): Denoël “ Présence du futur “

Tout à la main (roman s-f érotique ) : Carrère/Kian

La trace des rêves (roman s-f) : J’ai Lu “ Science-fiction” n° 2372

Comme une odeur de mort (thriller) : Fleuve Noir “ Gore “ n° 85

Attention science-fiction (recueil de dessins d’humour écologique issus en partie de LA GUEULE OUVERTE, + inédits, avec une préface de Cavanna): ... car rien n’a d’importance

Sous le regard des étoiles (recueil s-f illustré par l’auteur ): Aurore “ Futurs” n° 7

Sherman (roman fantastique) : Flammarion

Sukran (roman s-f, Grand Prix de la s-f ) : Denoël “ Présence du futur “ n° 493.

Visiteurs d’apocalypse (roman s-f ) : Fleuve Noir “ Anticipation “ n° 1680

Les chats d’Andrevon ( port-folio de 30 dessins d’humour ): ... car rien n’a d’importance

Coup de sang (thriller ): “ Crime Fleuve Noir “ n° 26.

Une mort bien ordinaire (recueil de nouvelles fantastiques ) : Denoël “ Présence du fantastique “ n°32.

Leur tête à couper (thriller ): “ Crime Fleuve Noir n° 37

La mort blonde (thriller ) : “ Crime Fleuve Noir “ n° 45.

Cauchemar d’acier ( roman fantastique ) : Fleuve Noir “ Angoisses” n° 2

L’homme aux dinosaures (roman s-f, préface de Stephen Jay Gould, illustrations de Silvio Cadelo): Le Seuil “ La Dérivée “.

Le dernier dimanche de monsieur le chancelier Hitler (roman s-f ): Canaille.

Le masque au sourire de crocodile (roman d’aventures fantastiques): Fleuve Noir “Aventures et mystères “ n° 8.

Huit morts dans l’eau froide (thriller ) : Fleuve Noir “ Aventures sans frontières “ n° 8

Chasse à mort (thriller ): Fleuve Noir “ Aventures et mystère “ n° 16.

Gandahar et l’oiseau- monde (roman de science-fiction pour la jeunesse) : Hachette, “ Vertige aventures”.

Blanche est la couleur des rêves (roman policier) : Canaille/ “Canaille-revolver”.

Pappy End ( roman policier) : Le Poulpe/La Baleine.

Les éléphants d’Andrevon (recueil de dessins d’humour, avant-propos de Pierre Pfeffer) : Editions de Belledonne, collection “ Microcosme”.

Cinq anguilles dans une botte d’humains (roman de science-fiction) : MACNO/ La Baleine.

Kofi et les buveurs de vie (roman de science-fiction pour la jeunesse ) : Magnard, “ Les Fantastiques”.

Les crocs de l’enfance (recueil de nouvelles fantastiques ) : Denoël, “ Présence du futur/Fantastique”.

Requiem pour dix cerveaux en fugue (roman policier) : Flammarion, “ Quark Noir”.

Gueule de Rat ( roman ) : La Table Ronde

Les portes de Gandahar (roman de science-fiction pour la jeunesse ) : Hachette “ Vertige Aventure “.

Cap sur Gandahar (roman de science-fiction ) : Denoël, “Présence du futur” ).

Le petit garçon qui voulait être mort (Recueil de nouvelles fantastiques ) : Les Belles Lettres, “Le Cabinet Noir”.

Le visiteur de l’anti-monde (roman de s-f pour la jeunesse ), éd. Degliane, collection “Le Cadran bleu”

Les fantômes ne vieillissent jamais (thriller ), La Bartavelle Noire.

La cachette (polar ) Le Masque

LŒil derrière l'épaule (thriller ), Le Masque n° 2455. Prix du Roman d'Aventures 2001.

Le village qui dort (roman fantastique), ed. Naturellement, col. "2000.com." Prix Masterton 2002.

L'amour comme un camion fou Le Masque.

Les rebelles de Gandahar (Cycle Gandahar, s-f pour la jeunesse ), MANGO, col. "Autres Mondes".

Zombies - un horizon de cendres (roman fantastique) LE BELIAL)

Les chroniques de Centrum, tome 1 : Le travail du Furet (adaptation du roman, dessin d’Afif Khaled ). Soleil, col. « Mondes futurs »

De vagues et de brume (court roman de s-f ). Le Rocher, col. « NovellaSF »

Le météore de Sibérie (roman de science-fiction ) : Rivière Blanche, col. « Anticipation-fiction » n° 2006.

L’exilé de Gandahar (roman de science-fiction ) : Mango, col. « Autres Mondes »

Le passager de la maison du temps (roman de science-fiction ) : Bayard

Le Furet et la colombe (tome 2 de la b-d « Les Chroniques de Centrum », dessin d’Afif Khaled ) : Soleil, col. « Mondes Futurs ».

Le monde enfin (Roman de science-fiction ) : Fleuve Noir, col. « Rendez-vous ailleurs ».

La Forteresse sacrifiée, Vercors, Juillet-août1944 (Histoire racontée aux adolescents) : Nathan, col. « Les Romans de la mémoire ».

L’Affaire du calmar dans le Grenier (roman de s-f) : Rivière Blanche, col. « Anticipation-fiction ».

Les Chroniques de Centrum, tome 3 : Le Furet montre les dents (dernier tome de l’adaptation du roman, dessin d’Afif Khaled). Soleil, col. « Mondes futurs ».

Je viens d’un pays / Jean-Pierre Andrevon, vol. 1 (CD de 15 chansons écrites et interprétées par l’auteur) : Vecteur bis

Tous ces pas vers l’enfer (recueil de nouvelles fantastiques) : Glyphe.

Guerre des mondes ! (étude cinématographique et littéraire) : Les Moutons électriques (col. Miroirs)

Nouvelle aurore (roman de science-fiction pour la jeunesse) : Mango (col. Autres mondes n° 53)

C’est un peu la paix, c’est un peu la guerre (Nouvelles) : La Clé d’Argent, (col. KholekTh n° 4)

Les Gens : Chansons vol. 2 (chansons) : Vecteursbis

La maison qui glissait (roman de SF) : Le Bélial’

Les Guerriers de la nuit (roman jeunesse) : Flammarion, col. Tribal

Nouvelles de Poche (550 nouvelles en une seule phrase) : La Clef d’Argent, col. « KholekTh. n° 14»

Le cours du temps : Chansons vol. 3 : Vecteurbis

66 synopsis: La Clef d’Argent, col. « KolekTh. n° 21»

Cent ans et plus de cinéma fantastique et de science-fiction (Encyclopédie, 1900 p.) : Rouge Profond

Demain le monde (Florilège de 23 nouvelles de SF choisies et commentée par JPA et Richard Comballot ; couverture Caza) : Le Bélial’

Aubes trompeuses (nouvelles de SF) : La Clef d’Argent, col. « KolekTh. n° 27»

La fille de l’été : chansons vol. 4 : Vecteur bis.

Les Retombées. Le Passager Clandestin, col. “Dyschroniques”.