Michel Pagel

Michel Pagel, un auteur modeste et qui se fait trop rare, nous n'en sommes donc que plus ravis à l'idée de l’accueillir sur notre salon.



Michel Pagel est trop modeste. Si vous lui demandez de vous rédiger sa biographie, il vous répondra ceci : « Je suis né en 1961 (sans précision de lieu). J’ai publié mon premier roman au Fleuve Noir en avril 1984. Je suis écrivain et traducteur professionnel depuis 1985.) Et basta !

 

Mais lorsque l’on y regarde d’un peu plus près, on s’aperçoit que son œuvre comporte plus de 40 romans et recueils de nouvelles confondus et qu’il a à son actif la traduction de plus de 70 romans d’auteurs anglo-saxons : presque rien !

 

Mais ce n’est pas tout. Michel Pagel a accumulé de nombreux prix littéraires.

 

- Le Grand Prix de l’Imaginaire à deux reprises : en 2003 pour son roman Le Roi d’Août et en 2000 pour sa traduction de deux romans de Grahama Joyce.

- Le Prix Bob Morane en 2001 pour le roman L’Ogresse.

- Le Prix Julia Verlanger en 2000 pour L’Équilibre des paradoxes.

- Le Prix Masterton pour sa nouvelles « La Roche aux Fras » et en 2009 un prix spécial le couronnant comme « meilleur auteur francophone des 10 dernières années ».

- Le Prix Rosny Aîné, enfin, attribué lors de la Convention française de science-fiction 2000 pour L’Équilibre des paradoxes.

 

Ajoutons qu’il a écrit en outre une bonne cinquantaine de nouvelles et qu’à Lintin, près de Cordes-sur-Ciel où il habite désormais depuis pas mal d’années, il lui arrive d’organiser de mini-conventions, occasion pour ses amis écrivains et traducteurs de passage ou des environs, de se retrouver dans une ambiance aussi festive que conviviale.

Ce n’est pas tout, mais c’est un peu plus que cet auteur au talent inouï et à la gentillesse qui n’a d’égale que sa fantastique générosité voulait bien nous dévoiler. La marque des plus grands.



Quelques titres pour vous mettre en appétit :


Jules César est mort.

Le siège d Alésia s en trouve bouleversé, les armées romaines mises en déroute. De cet événement fondateur naît l empire celte.

Huit siècles et demi plus tard, Lucius Antonius Tubero quitte l Empire romain pour Gergovie. Né bossu, il n aurait jamais dû vivre et encore moins être promis en noces à la jeune et jolie Lirane. Sensible, d une bonté naturelle, il ne se doute pas que son oncle, puissant Sénateur, lui ment et l embarque dans une aventure périlleuse où politique, trahisons et complots seront son pain quotidien et lui dévoileront les chemins sinueux de son destin ; un destin qui se forgera dans le sang, celui des puissants empires celtes et romains, mais aussi celui des Parthes et des Huns, tous plus que jamais engagés dans une guerre implacable, à l issue incertaine. Pour Lucius, malgré sa difformité, malgré les embûches, reste l amour... et l espoir, qui repose alors sur les épaules d Alrik, le dernier des Francs...

 

Michel Pagel revisite l'Histoire en puisant aux origines de notre culture et de notre patrimoine, où les troupes romaines ont été défaites à Alésia. Le Dernier des Francs marque le retour au premier plan d un grand nom de l Imaginaire avec une fiction historique innovante et ambitieuse.

 

La reine est morte en mettant au monde la princesse Rowena. Les fées sont venues et ont décidé : la princesse chantera à ravir, elle jouera avec grâce de tous les instruments de musique, elle sera suprêmement habile de ses mains, elle épousera un fier et puissant chevalier, lui donnera un enfant et enfin elle sera stupide, dédaignera les affaires de la politique ou des sciences pour se consacrer aux arts innocents, puis à ses fonctions d'épouse. Mais l'Enchanteur en a décidé autrement, il a transformé le dernier enchantement de la fée jaune : Rowena sera l'être humain le plus intelligent ayant jamais foulé le sol de Fuinör et si les hommes ne lui obéissent pas, elle les détruira !Ainsi le destin d'un monde est-il scellé, ainsi vont pouvoir rugir les flammes de la nuit, et la princesse, bannie dans la contrée de la folie à cause de son intelligence et de sa rébellion, deviendra la plus puissante des sorcières.C'est avec une étonnante virtuosité que Michel Pagel transforme le conte de fées en une tragédie shakespearienne, pleine d'intrigues, de magie, d'empoisonnements, de secrets séculaires et de batailles évidemment.



En treize nouvelles, dont une inédite, entrez dans les mondes imaginaires de Michel Pagel, au carrefour de tous les Mauvais Genres. Vous allez lire des nouvelles qui vous feront frémir, d’autres qui vous feront chanter, vous visiterez des mondes inconnus et d’autres que vous croyez connaître mais qui cachent de lourds secrets. Préparez-vous à un voyage dont vous ne reviendrez pas indemne.


Longtemps, les quatre planètes furent séparées par le temps : un phénomène nommé achronie leur avait conféré un écoulement chronologique différent, empêchant les colons de l'une de se rendre sur une autre. Pourtant, de mystérieuses portes se sont maintenant ouvertes, qui permettent de relier aléatoirement chaque monde sans être victime des décalages temporels. Depuis, des affrontements ethniques et religieux ne cessent de diviser les quatre planètes... Jusqu'à l'Accord. Le début de la lutte pour la suprématie. Les quatre mondes sont entrés en guerre, et quatre champions sont engagés dans une course contre la mort. Le dernier survivant apportera aux siens la victoire totale. Le jeu consiste à trouver les autres et à les abattre. Mais pas facile de "loger" ses adversaires lorsque les portes interplanétaires ne permettent pas de choisir sa destination et font perdre ou gagner des dizaines d'années au passage. Et si d'autres joueurs, dans un casino perdu, se mêlaient à la partie ?


France 1904, le temps s'affole et régurgite sans aucune logique apparente un soldat de l'armée d'Attila, un cyborg, un extraterrestre et bien d'autres personnages improbables dont les agissements risquent de déclencher la Première Guerre mondiale. À moins qu'un groupe de hardis aventuriers ne trouve la clef du mystère et réussisse à rétablir l'équilibre des paradoxes. «L'Équilibre des paradoxes est dans son genre une parfaite réussite. On tremble autant qu'on s'y amuse tout au long de ses quatre cent cinquante pages, lesquelles sont dévorées d'une traite avec plaisir. Avec ce roman d'inspiration steampunk (une manière fort à la mode en ce moment), documenté, on (re)découvre aussi les enjeux mondiaux de ce début du XXe siècle qui conduiront inévitablement à ce que l'on sait. On savait Pagel un excellent auteur populaire ; il signe ici tout simplement son meilleur roman.» Olivier Girard, Bifrost.


 

Han Solo, James Bond et les Monthy Python ! La sûreté nationale est en péril : rien moins que l'honneur de la nation est en jeu. Un honneur bien mal engagé puisque Chris Malet semble être le seul de nos agents secrets en mesure de le sauver. Et lui, l'honneur national, autant dire qu'il s'en tape. Sauf que voilà : il est l'unique détenteur de ce talent fort étrange qui lui permet de pénétrer la trame romanesque des livres... L'heure est grave. Pour cette mission capitale, c'est au cœur d'un roman gore qu'il lui faut plonger... Et le gore, il déteste. Gaba est un contrebandier plus ou moins débrouillard et plus ou moins poursuivi par toutes les polices de la galaxie. Aux commandes de Betty, son vaisseau déglingué passablement jaloux, il aspire à quelques vacances bien méritées au retour d'un convoyage de deux anthropoïdes velus d'Uku. Mais, lorsque le richissime Aykip D. Foot Jr. lui propose de partir en quête du mythique cimetière des astronefs pour en ramener le secret de l'immortalité, Gaba comprend qu'il est des offres qu'on ne peut refuser...

 

Pacifiste convaincu, Francis Briand est soulagé. Il achève son service militaire de cinq ans, dans la guerre que livre la Fédération terrienne contre Jupiter. Mais voilà qu'en transit sur la Lune, il se retrouve enrôlé de force sur un vaisseau corsaire. Aux mains d'un capitaine qui se prend pour un pirate des Caraïbes.

Une seule raison pousse Francis à faire route avec ces flibustiers de l'espace : découvrir la source de ce fabuleux chant féminin qu'il lui a semblé entendre et qui a fait naître en lui des émotions troublantes. Mais peut-être aurait-il dû faire la sourde oreille...