Aurélie Mendonça

 


Ardéchoise de souche, c’est après des études d’histoire et de littérature qu' Aurélie Mendonça pose ses bagages dans la virevolte de l’écriture. Ayant manqué le navire pour rejoindre la Terre du Milieu et le vaisseau pour partir récolter l’Épice d’Arrakis, elle utilise sa plume pour créer et voyager vers l’infini et au-delà.

 

Fervente exploratrice de l’univers fantastique, elle s’inspire de tout pour faire évoluer ses héros, qu’ils soient musicien méconnu, reine des vampires ou encore tueuse de zombies.

 

Depuis le début de l'humanité, la fine fleur des guerrières, les Nécrocides, contrecarrent les Maîtres Zombies dans leurs plans de domination du monde.


Jusqu'à la dernière génération, les lignées de tueuses s'en sortaient plutôt bien, et aucune Apocalypse ne fut à déplorer. Puis arrive Evangeline Rose. Née dans une famille où se sont brillamment illustrées toutes les précédentes tueuses, Evy peine à marcher dans leurs pas. Ne devant sa survie qu'à une chance insolente, c'est pourtant sur sa génération que va peser le plan final des Maîtres. Pour son plus grand malheur, elle devrait mettre de côté shopping et écriture de romans pour se consacrer à la mission qui fait d'elle une Nécrocide. Mais allez sauver le monde avec un Microbe dans le tiroir.


 

Dans un monde qui ne valait plus la peine d’être sauvé et en lequel je ne croyais plus, j’ai décidé de faire régner ma propre loi. Chasseuse devenue vampire, paria, traîtresse, génie, rejetée par ceux que je protégeais et admirée par cette race que je haïssais, je n’ai aujourd’hui plus qu’une seule chose à l’esprit : ma vengeance.

 

Combattre pour gagner ma place sur le trône n’était que le premier pas.

 

Je m’appelle Elizabeth. Je suis désormais la reine des Vampires.




"La plupart des gens se contente d'exister. D'autres voient bien au-delà de leur propre mort. Les visages s'oublieront, mais les notes resteront. à nous de savoir faire les choix pour que notre nom perdure.
Je m'appelle Theresia Salieri. Si ce nom vous est peut- être familier, mon prénom l'est certainement moins. Je passe mes jours dans l'ombre du maître, confiant à ma plume mes joies mais aussi mes peines, mes fiertés et mes désillusions.
Laissez-moi vous parler de l'époux que cache le personnage de cour, de l'homme derrière le musicien. Laissez-moi vous présenter Antonio Salieri."