Marie-Ange Colombier

 

C'est au cœur des montagnes auvergnates, dans un hameau de quatre maisons, que Marie-Ange voit le jour. Elle quitte rapidement la région mais reste imprégnée par la culture et les légendes locales.

 

À l'adolescence, elle se prend de passion pour l'Histoire et plus précisément, la période du dix huitième siècle. Elle se rend à plusieurs reprises au château de Versailles, s'invente un monde peuplé de courtisans et d'intrigues. Elle s'immerge dans des romans et des films historiques puis commence à créer ses propres récits. Des fragments d'histoires, des mots sans suite et sans fin qui n'ont d'autre but que celui de prolonger le rêve.

 

Ce n'est que des années plus tard, après plusieurs tentatives échouées dans différents métiers qui ne lui ressemblent pas, qu'elle cède à sa première passion. Elle revient en Auvergne et s'attelle à l'écriture d'un roman. Les idées germent, mûrissent et s'allongent. Le roman devient une trilogie, une saga qui entraîne le lecteur dans la France révolutionnaire, au milieu de montagnes marquées par les superstitions et l'ésotérisme.

 

Retrouvez-là sur son site

 

 

 

Les Dissidents 

 

 

1787, Éloïse fuit Paris pour rejoindre l'Auvergne. Son lieu d'exil : un village reculé dans la montagne. Elle espère y trouver un abri, elle va se heurter à l’hostilité de ses habitants. La voilà contrainte de se plier aux règles d'un univers cadenassé par des croyances occultes.

 

Elle donnerait cher pour quitter cette lande inhospitalière et retourner d'où elle vient. Mais elle n'a pas le choix, elle ne peut pas repartir. C'est le seul endroit où elle est en sécurité.

 

Pour se faire accepter, elle va devoir affronter son passé et réveiller les fantômes qui dorment dans les vieilles pierres.