Christian Chavassieux

 

Christian Chavassieux est né en 1960 et travaille à Roanne. Ses romans sont imprégnés de notions puisées dans la littérature de SF, dont il fut toute sa jeunesse un grand lecteur.

 

Mausolées peut-être considéré, après Le Baiser de la Nourrice (Sélection lettres-frontière 2009), comme son deuxième roman de Science-Fiction. La formule est doublement trompeuse, pourtant. Mausolées est en réalité son premier roman, resté plus de quinze ans inédit, quant à l’étiquette « Science-Fiction », le lecteur découvrira combien elle est spécieuse ici. Ce livre longtemps mûri, redécouvert par Mnémos, reprend et inaugure tous les thèmes que l’auteur continue de visiter inlassablement, aujourd’hui encore. La mémoire, l’identité d’un individu ou d’un peuple, la fragilité de la démocratie, la séduction des totalitarismes, le vieillissement et la mort, la paternité, la déliquescence des systèmes et, par-dessus tout, bien sûr : la littérature.

 

Dans les nefs de Pangée, avec sa plume vive et sensuelle, dans des décors aux dimensions hallucinantes, Christian Chavassieux nous propose un lyrisme nouveau et un voyage, sur terre et sur mer, à la dimension d’une fantasy opera.

 

 

Pangée, terre immense au milieu de l’océan unique, continent de terre sèche et d’embruns où vit le peuple de Ghiom, dont l’histoire, en ce jour de la dixième chasse à l’Odalim, bascule.

Les Grands de Pangée ont parlé : le monstre marin doit mourir. Pour la paix. Pour l’ordre. Pour la promesse d’une nouvelle ère faste à venir, dans ce monde rongé par les mésalliances et les guerres fratricides.

Pourtant, quand les Nefs s’engagent sur l’Océan, une seule question demeure : si la traque échoue, si l’Odalim survit, si l’union faillit, les enfants de Pangée se dévoreront-ils ? Cette dixième chasse ne serait-elle alors qu’un chant du cygne ?

Récit de guerre, légende, chronique d’un peuple, Les Nefs de Pangée traversent les genres et emportent avec elles le goût des explorations, des combats et des drames à grande échelle. Avec sa plume vive et sensuelle, dans des décors aux dimensions hallucinantes, Christian Chavassieux nous propose un lyrisme nouveau et un voyage, sur terre et sur mer, à la dimension d’une fantasy opéra.


 

Descendu d'un ferrail brinquebalant, Léo Kargo pose son sac à Sargonne, une commune libre de l'Europe Ralliée établie après les terribles Conflits dont les destructions massives sont encore dans les mémoires de tous. L'un des hommes les plus célèbres de son temps, le richissime et controversé Pavel Adenito Khan l'a recruté pour s'occuper de son immense collection de livres, l'une des dernières bibliothèques au monde.

Mais Kargo comprend rapidement que son embauche ne doit rien au hasard. Inquiet, il enquête... Et les questions, les rumeurs, nombreuses, surgissent... À propos des livres atteint d'une mystérieuse lèpre, sur la séduisante Danoo Forge, l'assistante du milliardaire étrangement surnommé le Diable. Et qui est cette fascinante et dangereuse Lilith, mi-femme, mi-machine qui rode dans la cité ?

Dans cette quête, hantée par le souvenir d'une science déréglée et la folie guerrière des hommes, Kargo trouvera bien plus que des réponses. Il rencontrera un destin poignant, le sien et le chaos, celui du monde.

Mausolées est un miroir de notre époque troublée avec lequel, par une écriture d une rare originalité et un art maîtrisé du suspense, l'auteur explore les grands enjeux du futur proche comme les fêlures plus intimes de l'homme. Empruntant au polar sa noirceur, au conte sa poésie, Christian Chavassieux tisse une magnifique histoire d'anticipation, passionnante et marquante de bout en bout.



Charlemagne Persant, né au milieu du XIXe siècle dans une ferme pauvre de la région lyonnaise, aurait dû avoir la vie toute tracée d'un paysan désargenté. C'était sans compter sur son grand-père qui, persuadé de l'inverse, allait forcer le destin en donnant à l'enfant un étonnant prénom d'empereur. À lui répéter si souvent que sa destinée serait exceptionnelle, il développa chez lui un charisme qui plia le monde à son bon vouloir. Son sens aigu du commerce et sa froideur lui dicteront au fil des années une ligne de conduite inflexible qui le conduiront, y compris par un mariage bien au dessus de son rang, à gravir tous les échelons. Jamais l'empathie, le remords ou la compassion n'auront de place dans ses choix. Jamais sinon peut-être pour une prostituée aussi noire de peau qu'il l'était de c ur et pour laquelle il fera preuve de la seule tendresse dont il fut capable un jour. À ne rien donner, on ne transmet pas non plus sinon la ruine et le malheur.
L'Affaire des vivants, formidable évocation d'un destin hors norme, roman historique de la France de la fin du XIXe, a tous les ingrédients de la tragédie classique.