Jim Rousseau

Jim Rousseau (James Archibald Rousseau) est un écrivain de nationalité américaine et de culture cajun résidant à Londres. Jim est né en 1973 dans la ville de Breaux Bridge, paroisse de St Martin en Louisiane, une petite ville située en plein cœur de la région des bayous de l’Atchafalaya Basin, et connue pour son célèbre pont métallique.

Après des études de littérature française, Jim quitte le domicile familial à l’âge de 18 ans, voyage dans tous les États-Unis, revient dans le Sud et enchaîne les petits boulots : il est pompier, travaille quelque temps comme chauffeur routier pour l’usine Tabasco dans la paroisse de New Iberia, devient roadie pour un groupe de Blues électrique du Mississippi, « Clarksdale blue scoundrels ».

 

Enfin, il travaille quelques années comme pigiste au Times-Picayune de La Nouvelle-Orléans, avant de se lancer dans l’écriture. Au début des années 2000, il publie trois romans non traduits en français : The loneliness of the cypress on the I-10, The fun of funerals, Bloody rosebud and shrimp po-boys. Certains critiques le comparent à James Lee Burke, son illustre « voisin » de New Iberia. D’autres voient même du Faulkner dans ses descriptions tragiques de la condition humaine. Mais la plupart des critiques trouvent ses premiers romans trop ambitieux et décousus. Il accumule les échecs. En 2005, il annonce qu’il arrête l’écriture. Il quitte les États-Unis, et part pour l’Europe. Il passe deux ans dans un monastère cistercien, après quoi il s’installe à Paris puis à Londres, il se remet à l’écriture, mais ne trouve pas d’éditeur. Enfin, en 2013, il accouche de Purgatory, un roman d’anticipation sociale en rupture radicale avec tout ce qu’il avait écrit jusqu’alors. Les retours des éditeurs sont enthousiastes, mais aucun ne se risque finalement à publier un tel ovni littéraire. Les Éditions de Londres vous en proposent la traduction inédite en langue française, sous le titre Purgatoire.

 

Jim Rousseau vit à Londres avec sa femme et ses deux enfants. Il voyage souvent aux États-Unis et en France. Son rêve reste d’écrire des scénarios comme ses idoles, Chandler et Hammett.

 Bibliographie

 

Star Wars : mythologies

 

« La Guerre des Étoiles », d’abord une trilogie cinématographique pensée dès ses débuts comme une épopée en neuf volets (et dont sept à ce jour ont été réalisés, avec des fortunes diverses), est unique dans l’histoire de l’humanité.
Jamais une œuvre (culturelle, cinématographique) n’a marqué autant d’hommes et de femmes en aussi peu de temps. Ses thèmes, ses personnages, sa musique, ses symboles, son intrigue, son système philosophique et moral, sa vision du monde et de l’histoire, ont fasciné le monde entier. Ses épisodes, ses personnages, ses images, ont profondément transformé la culture mondiale. Dès les premières images, on comprend que l’on n’a jamais rien vu de tel. On peut commencer à critiquer, analyser le scénario, les thèmes, les effets spéciaux, l’image, les thèmes musicaux...

Mais on doit se rendre à l’évidence : « La Guerre des Étoiles » n’est décidément pas un film. Ni une série de films. Ici, le tout est bien plus grand que la somme de ses parties.

C’est une mythologie. Et c’est avant tout en tant que mythologie qu’elle doit être traitée.

 

Purgatoire

 

Employé dans un centre d’appels londonien, Jack est spécialiste en analyse sémantique. Jusqu'au jour où il se fait renvoyer dans d’étranges circonstances... Ecrasé sous une dette énorme – comme tous les salariés de ce futur dystopique –, marié à une femme qui ne le supporte plus, c’est le début de sa descente aux enfers. Pourtant, un soir, il trouve chez lui un homme mystérieux, qui l’attend dans son fauteuil. Qui est-il ? Que veut-il ? L’homme a une proposition, il peut résoudre les problèmes de Jack.
Thriller futuriste, roman d’anticipation sociale, « Purgatoire » est sombre, froid, et sans nuances, comme un hôpital où l’on achève les malades. Mais surtout, il pose une question glaçante : dans une société déshumanisée, le meurtre peut-il devenir «normal» ?
Jim Rousseau est un romancier d’origine louisianaise. Établi à Londres depuis une dizaine d’années, il connaît bien les centres d’appel, l’analyse sémantique, et il prétend avoir vu le futur.