Jacques Fuentealba

 

Quand on lui demande ce qu’il préfère lire, Jacques Fuentealba répond invariablement « du fantastique », en précisant « avec un zeste d’horreur s’il vous plaît, et servi bien noir, sans sucre, merci ». Aussi s’attendrait-on à ce qu’il écrive dans ces genres, sans s’aventurer en d’autres territoires de la littérature. Si c’est le cas pour son cycle du Sunset Circus (Le Cortège des fous et L’Antre du diable, chez Malpertuis) et pour Retour à Salem (chez Mythologica), il aime en vérité explorer d’autres types d’univers, tels que le steampunk dans Emile Delcroix et l’ombre sur Paris (aux éditions Walrus) ou le mélange de genres avec son feuilleton de science fantasy, toujours chez Walrus, Les Formidables Aventures de Jason et Robur, journalistes extra-dimensionnels.

 

Éclectisme au niveau du fond, donc, mais également au niveau du format, puisqu’il adore essaimer dans les revues, anthologies et fanzines avec ses nouvelles et cultive un péché mignon : les microfictions. Ces textes très courts sont pour lui le support idéal pour choquer ses lecteurs ou les amener à se demander si c’est du lard, du cochon ou bien une autre bestiole encore. Il y fait la part belle à l’absurde et à l’humour noir… Là aussi, sans sucre, sauf quand il s’agit de textes culinaires. Signalons en effet la sortie de Délires éthyliques et papilles gaillardes, son recueil de micronouvelles (et nouvelles) paru aux éditions Les Itinéraires, qui vous fera voir d’un autre œil les friands à la viande, les tartes à la crème et les huîtres normandes.

 

On peut le croiser sur la toile ici (facebook.com/ouroboros.ebe), là (jacquesfuentealba.com) ou même là-bas (fablimi.wordpress.com).

 

le Micronomicon

 

Selon son auteur, le Micronomicon est le rejeton terrible du Necronomicon qui hante les textes de H. P. Lovecraft. Inclassable, composé de micronouvelles aussi efficaces que cruelles et délirantes, d’illustrations tout en noir et rouge (puisé à la veine), ce fragment de manuscrit ose tout, en particulier les impertinences langagières. Spécialiste des jeux de mots, Jacques Fuentealba propose une série de textes à l’humour noir burlesque sur le thème de l’enfance, de ses démons et de sa magie toujours un peu inquiétante.

« Mis en boîte » fera de vous un chasseur de diablotins. À moins que ce soient eux, les prédateurs.
« Bazars bizarres » saura trouver cette petite babiole insignifiante, qui a toujours eu à vos yeux une valeur incommensurable. Vous la convoiterez et vous l’achèterez à n’importe quel prix.
« Peurs d’enfance » remuera le couteau à beurre plein de confiture dans les plaies encore béantes de votre prime jeunesse.
« Fortune cookies » se dévorera goulûment. Non sans vous laisser un arrière-goût de papier mâché.

Attention ! Ce livre maudit risque de vous inspirer d’affreux calembours pendant 666 jours.

 

Sunset Circus

(Le Cortège des fous et L’Antre du diable, chez Malpertuis)

 

Contraints de partager le sort du commun des mortels et de dissimuler leur puissance passée dans l'anonymat des foules, d'anciens dieux déchus parcourent le monde dans le plus grand secret. Si le souvenir d'une splendeur révolue est pour certains difficile à oublier, d'autres se contentent de leur nouvelle existence sur Terre et embrassent des carrières souvent en rapport avec leur ancienne affectation, tel le Juge des Morts. D'autres, encore, cachent leur identité sous le chapiteau d'un cirque inquiétant. Ces divinités sont des souvenirs d'une autre époque, qui traînent leur solitude et leur mélancolie aux quatre coins du monde, de la Grèce éternelle à Paris et Prague en passant par la Cité des Anges. Partout où les Dieux passent, ils laissent leur empreinte dans la mémoire des Hommes.



 

Emile Delcroix et l’ombre sur Paris

 

1863, dans un Paris peuplé de créatures fantastiques et de machines extraordinaires.

Émile Delcroix est un jeune étudiant aux Beaux-Arsestranges animé de deux passions, l’une Artistique, l’autre personnelle. D’un côté il tente depuis des mois d’extirper du papier sa Muse, quintessence de son Talent et de son Inspiration. De l’autre il y a Floriane, cette splendide Actrice aux cheveux émeraude dont il est épris. Mais les choses changent le jour où Émile se fait voler sa Muse nouvellement née par un sombre et mystérieux personnage.

 

Des catacombes à la Cour Chthonienne, des passages secrets de la Sorbonne aux toits de la capitale, le jeune Artiste n’aura de cesse de la retrouver. Mais pendant ce temps, une ombre s’étend sur Paris : une sourde menace approche...

 

 

 

Certains écrivains connaissent l'angoisse de la page blanche.

Mais il est une réalité qu'on ignore: d'autres, moins nombreux, souffrent d'une curieuse affliction non moins handicapante appelée le syndrome de la page noire. Condamnés à noircir des feuillets entiers de lignes d'écriture plus ou moins inspirées, ces auteurs ne connaissent le répit qu'au prix d'une gloire rapide ou d'un décès anticipé.

 

 

Jason et Robur ont en commun deux choses : ils sont à la fois frangins et journalistes... mais des journalistes d’un genre un peu spécial. Envoyés spéciaux du magazine Mondes Parallèles, ces reporters de l’extrême voyagent de dimension en dimension pour rapporter les images les plus folles et les histoires les plus délirantes. Sortez vos holographes et attention aux dégâts !

 

 

Vous ne trouvez pas qu'il y a dans l'air comme une odeur de fantômes, de monstres, de bizarreries, de vampires et d'apocalypses en tous genres? Oui, c'est bien ce que je me disais! Voici donc la nouvelle saison de l'OVNI littéraire made in Walrus: la Boîte de Schrödinger est de retour pour une nouvelle saison, avec aux manettes le formidable auteur d' "Émile Delcroix" précédemment publié chez Walrus,