Arnaud Grocagne

 

Embarqué dans le sémillant univers de la littérature, car il s’imaginait amasser le pactole, Arnaud abandonna sans un regret son diplôme de docteur es chimie des minuscolécules pour se retrouver dans ce guet-apens, cette activité sans débouchés.

Quelques temps plus tard, il maugréait son ressentiment de s’être laissé piégé par la passion :

 

« Ah, ça ! On ne m’y reprendra plus ! » inscrivit-il en caractères pétris de hargne. « Las ! paraîtrait-il qu’il faut rédiger une biographie du personnage », ajoutait-il, gonflé d’amertume. « Et moi qui n’aime guère les présentations à la troisième personne », se lamentait-il encore.

 

« Comment leur annoncer que j’affiche trente et quelques automnes et que je séjourne dans le Sud-ouest de la France ? Que mes genres de prédilections ont tous trait à l’imaginaire, du fantastique à la science fiction et de la fantasy au conte, que ce soit pour la lecture ou l’écriture ? Que pourrais-je bien inventer pour leur faire passer l’idée que c’est avant tout un besoin, mais par-dessus le reste, un plaisir ?

 

— Voilà qui est fait, lui rétorqua le facétieux narrateur omniscient.

— Ah ? parfait, alors », termina-t-il son improbable présentation.

 

Bibliographie :

 

Pour quelques onces de cuir, 2016, revue Etherval n°8 « reptiles ».

Tourment tartare, 2016, Ed. Jacques Flament, Recueil « Folies ».