Interview de Didier De Vaujany

Voyons, aujourd'hui,  ce que Didier De Vaujany nous révèle

 

Marielle :

Les 24 et 25 septembre, vous allez pénétrer en « Terre du Milieu » et entrer dans un autremonde « Les Aventuriales de Ménétrol » Pour vérifier que vous êtes apte à cette mutation, nous allons pratiquer une exploration de votre « moi ».

— Êtes-vous plutôt elfe, hobbit, chevalier jedi ou humain ?

 

Elfe sans hésiter… et avoir toute l’éternité pour écrire.

 

Marielle :

Souhaitez-vous dévoiler votre identité ou simplement un surnom ?

 

Mon nom d’auteur devrait suffire : de Vaujany. Pas vraiment entré dans l’Histoire, mais il aura quand même traversé mille ans en 2096… depuis la toute première croisade !

 

Marielle :

Et si trois mots vous racontaient ?

 

Hyperactif, blagà2balles, amoureux.

 

Marielle :

Quels genres d'écrits votre imaginaire façonne-t-il ?

Genres dragon irrité par un nain qui ne parle qu’en quatrains, pendant que ses compères forgerons dessinent les engrenages et boulons de quelques machines à démonter les sortilèges de sorciers.

 

 Marielle :

Imaginons que la force vous emporte, vers quel univers va votre préférence ?

Comment choisir entre Conan et Le Seigneur des anneaux ? Entre Avatar et Alien ? Entre Terminator et Matrix ? Entre Mad Max et Blade Runner ? Entre Star Wars et Le cinquième élément ? Entre Le tour du monde en quatre-vingts jours et La machine à explorer le temps ?

 

Marielle :

Comment et quand vous consacrez vous à l'écriture ?

Le soir, de préférence, mais j’ai aussi de petits carnets où je retranscris des mots, des images, des idées bizarres de chaque instant.

 

Marielle :

Faites-vous partis des auteurs qui écrivent sous perfusions musicales ?

Complètement .

 

Marielle :

Si oui, quel(s) son(s) vous transporte vers d'autres horizons ?

Les voix cristallines et féminines comme celles de Sharon den Adel du groupe Within Temptation, de Birdy ou de Loreena McKennitt. Du son rock aussi, de Led Zeppelin à Three days grace, en passant par l’ambiance envoûtante de Delerium… J’arrête, sinon je vais faire une playlist de trente pages en

metal hurlant.

 

Marielle :

Que mettriez-vous sur votre écusson ( devise, emblème,...) ?

L’adage liminaire de mon cycle : l’Histoire a ses déserts que nos rêves peuvent peupler à leur guise…