Interview de Brune El

 

Aujourd'hui un petit entretien avec Brune El par Marielle Ranzini

Les 24 et 25 septembre, vous allez pénétrer en « Terre du Milieu » et entrer dans un autre monde « Les Aventuriales de Ménétrol » Pour vérifier que vous êtes apte à cette mutation, nous allons pratiquer une exploration de votre « moi ».

 

Marielle :
- Êtes-vous plutôt elfe, hobbit, chevalier jedi ou humain ?

 

J’habite dans les bois de la Comté, donc je dois être hobbit. D’ailleurs, je compte bien croiser un jour celui de J. R. R. Tolkien.

Marielle :

- Souhaitez-vous dévoiler votre identité ou simplement un surnom ?


C’est déjà (presque) fait : Brune pour Brunel et El pour Élisabeth

Marielle :

- Et si trois mots vous racontaient ?


Incorrigible impatiente, romantique et rêveuse.


Marielle :

- Quels genres d'écrits votre imaginaire façonne-t-il ?


Le fantastique bien évidemment ! Ma recette est infaillible : Prendre une légende, ajoutez-y : Une touche de fantastique, Une pincée de suspense, Un soupçon de romantisme, Mélangez le tout dans le cadre adéquat

Marielle :

- Imaginons que la force vous emporte, vers quel univers va votre préférence ?


Celui de Mélanie Stryder dans « Les âmes vagabondes « de S. Meyer.


Marielle :

- Comment et quand vous consacrez vous à l'écriture ?

N’importe quand et comment, c’est l’anarchie complète !

Marielle :

- Faites-vous partie des auteurs qui écrivent sous perfusions musicales ?


À doses homéopathiques, tout abus est nocif !

Marielle :

- Si oui, quel(s) son(s) vous transportent vers d'autres horizons ?

 

Gorge Ezra, Muse (résistance), Janis Joplin, Abadji (orientale), Anouar Brahem, et bien d’autres encore !

Marielle :

- Que mettriez-vous sur votre écusson (devise, emblème,...)

 

L’emblème du peuple cherokee : La lune cendrée rend hommage aux amérindiens et j’ai adoré plonger dans leur triste destinée. Donc ce sera une étoile à sept branches : les sept jours de la semaine. Elles sont censées repousser le mal.