Interview de Patricia Le Sausse

 

La deuxième rencontre du jour, de Marielle, avec Patricia Le Sausse

 

Marielle :
- Êtes-vous plutôt elfe, hobbit, chevalier jedi ou humain ?

 

Chevalier jedi


Marielle :

- Souhaitez-vous dévoiler votre identité ou simplement un surnom ?


Mon identité

Marielle :

- Et si trois mots vous racontaient ?


Fierté : pas la fierté qui s’appuie sur le fait de se sentir plus fort que les autres, plutôt la fierté qui se forge par rapport à soi-même, la capacité à aller plus loin, celle qui engendre une satisfaction légitime de soi-même.
Solitaire : c’est le reflet ou la conséquence du premier mot qui pourrait me caractériser. J’ai du mal à déléguer, à m’appuyer sur les autres. Mon besoin de tout vérifier pour être sûre que tout est parfait ne fait pas de moi une coéquipière agréable. Il vaut mieux que je travaille seule.
Famille : rien n’existerait sans mes proches. J’ai besoin de ma bulle d’amour, ma zone de confort.


Marielle :

- Quels genres d’écrits votre imaginaire façonne-t-il ?


Du fantastique : Je suis fascinée par le cerveau humain et ses possibilités alors qu’il n’est utilisé qu’à 10 % de ses capacités. Imaginer ce que pourraient être nos vies si on l’exploitait plus, ouvre tout un champ de possibles.

Marielle :

- Imaginons que la force vous emporte, vers quel univers va votre préférence ?


Un mélange des univers de Harry Potter et Stars War. L’union de la magie et de la force. Un monde sans limites où tout serait possible aussi bien sur Terre que dans l’espace.

Marielle :

- Comment et quand vous consacrez-vous à l’écriture ?


Je n’ai pas de schéma. Je peux passer des jours à faire des recherches ou écrire, puis faire des pauses pour
laisser décanter avant d’y revenir. Je ne me force pas.

Marielle :

- Faites vous partis des auteurs qui écrivent sous perfusions musicales ?


Non, silence total

Marielle :

- Que mettriez-vous sur votre écusson (devise, emblème,...)
Une louve et ses petits pour emblème et « on n’est jamais mieux servi que par soi-même » comme devise.